l'art du bluff

Mike SEXTON est l’animateur de PartyPoker, un commentateur du World Poker Tour et l’auteur du classique “Shuffle Up and Deal”. Ce grand champion de poker a été de tres nombreuses fois classé dans les tournoi internationaux et surtout il a été l’organisateur du premier TOC ( Tournament Of Champions ).

L’art du bluff

On dit du bluff que c’est un art ou une science. Un bluff réussi est une combinaison de bon sens, un bon instinct du poker et de “coeur”. Il n’y a rien de plus excitant et qui vous mette plus en confiance que de reussir un bluff. Tout les meilleurs joueurs vous diront qu’il est tres gratifiant d’arracher un pot ( gagner le pot avec les cartes les plus mauvaises ).

Pour ce qui est du bon sens, ca va relativement de soi.

Par exemple, c’est stupide de se lancer dans un bluff sur la rivière ( river, dernière carte donné par le croupier. NDW ) dans une partie à 2$-4$ avec trois ou quatre autres joueurs et une centaine de dollars sur la table, parce que quelqu’un va forcement suivre votre enchère.

Inutile aussi de bluffer avec quelqu’un qui suit quel que soit son jeu.

A chaque main que vous jouez ( et même celles où vous passez ), vous devriez faire l’effort de deviner la main de vos adversaires. A chaque main il faut se lancer des petits paris. Le jeu c’est tout simplement de deviner les cartes des adversaires.

Et plus vous jouerez à ce jeu, meilleur vous deviendrez. En fait, deviner le jeu de l’adversaire, c’est la compétence la plus importante au poker. C’est ce qui sépare les meilleurs du reste. Au golf, ils disent “Fais confiance à ton swing”.

Au poker, on dit “Fais confiance à ton instinct”. Vous verrez que vos instinct au poker s’affuteront de plus en plus en jouant au jeu de la devinette.

Au bout d’un moment, vous ferez de plus en plus confiance à votre capacité à deviner le jeu de l’adversaire ( et la force de ses cartes ) ou de savoir s’il attend une carte. Si vous pensez qu’il attend une carte et qu’il mise sur la rivière, vous devriez suivre votre instinct et le suivre.

Le “cœur” c’est ce qui va vous permettre de tenter de remporter le pot quand vous n’avez pas le jeu adéquat. Il faut du cœur pour réussir au plus haut niveau. Votre instinct doit vous dire de bluffer à certains moment, et il faut l’écouter. Mais croyez moi, se lancer dans la bataille quand on n’a pas de jeu, c’est plus facile à dire qu’à faire. Le cœur est un trait commun à tous les grands joueurs. En parlant de cœur, voici une de mes histoires de poker préférées qui s’est passée il y a des années.

C’est arrivé lors de l’America’s Cup of Poker de Bob STUPAK, un tournoi très important fréquenté par la crème des joueurs. Le légendaire Stu UNGAR disputait une partie de no-limit Hold’em à 100$-200$.

Quand il m’a vu arriver, il m’a invité à m’assoir avec lui pour le regarder un jouer un peu. C’était toujours intéressant de le voir jouer.

Au bout d’environ une demi heure, le jeu suivant fut donné : Stuey avait le big blind, avait environ 28.000$ devant lui et tire 8-6 (de trèfle).

Le type à gauche du bouton ( qui avait 20.000$ dollars devant lui) monte les enchères à 700$. Tout le monde s’est couché sauf Stuey qui a suivi.

Le flop sort : V-10-4 de trois couleurs différentes. Stuey balance 1.200$ sur un pur bluff ! Son adversaire le suit.

Le 2 de cœur sort sur le tournant.

Stuey mise 2.500$ (sans jeu, ni même espoir de tirer une bonne carte), et là encore l’adversaire suit.

La rivière fut un 4, faisant la paire avec celui du flop. Stuey continue son intox et mise 8.000$. Son adversaire montre A-10 (à cœur) et se couche. En ramassant ses jetons, Stuey se penche vers moi et me chuchota : “beaucoup de joueurs vont tenter un coup de bluff pour gagner un pot, et certains iront même jusqu’à deux coups, mais y’a pas grand monde qui ira jusqu’à trois !”

Bluffer trois fois d’affilée dans une même main demande beaucoup de cœur, et si un joueur de poker n’en a jamais manqué, c’est bien Stu UNGAR.

Voila quelques astuces à ne pas oublier à propos du bluff : si vous jouez low-limit, je vous conseille de virer le bluff de votre arsenal.

Ne reservez le bluff que pour les grosses mises et les tournois. Si vous devez bluffer, ne bluffer pas quelqu’un qui joue mal : ces gens ont tendance à suivre. Déterminez qui joue le mieux à la table et bluffez contre lui.

Il se couchera de temps à autres. et un dernière chose. Si on ne vous suit pas à la rivière ( river ) de temps à autres, c’est que vous ne bluffez pas assez. Si on vous suit tout le temps, c’est que vous bluffez trop.

Vous n’aurez pas toujours des bonnes cartes. Des fois, il faut aller chercher le pot. Essayez le bluff.

Bonne chance.